Welcome to Our Website

Aux gens d’Auvergne, appel des «régionalistes»

Élections régionales de 2021.

L’année 2021 sera une année électorale avec, notamment, les élections régionales repoussées au mois de juin du fait de la persistance de la crise sanitaire. La plupart des listes de candidats sont tentées de s’afficher en bons élèves de la « Région Auvergne-Rhône-Alpes », ce monstre technocratique qui nous a été imposé et dans lequel personne ne se reconnaît.

Cinq années après leur création, le bilan des méga-régions est pourtant sans appel : elles sont toutes dispendieuses, inefficaces, ingérables.

Bilan de la méga-région AURA

Que retient-on aujourd’hui d’Auvergne-Rhône-Alpes ? Un plan de communication dessiné selon les ambitions de son président, des bus repeints en blanc et bleu, une pollution visuelle à l’entrée de chaque commune, le tout financé par nos impôts.

Ici plus qu’ailleurs une métropole, celle de Lyon, aura écrasé le reste de la région qui n’avait vraiment pas besoin de cela. Fruit d’une culture technocratique centraliste, l’idée qu’il fallait créer des petites répliques de Paris dans chacune des régions pour disposer de pôles compétitifs dans la course à la mondialisation, aura mis nos territoires à genoux.

Des demi-mesures, des opérations promotionnelles réalisées au frais des contribuables régionaux ne visent qu’à faire accepter la réalité de la « grande région ». De surcroît, au prix d’une flatterie aussi insupportable que méprisante (« vous êtes grands désormais parce que votre région est grande »), nos territoires sont soumis à la puissance du système métropolitain. Nous ne tarderons pas à voir prôner l’implantation de Michelin à Lyon ! Et nos territoires, du fait de leur hétérogénéité, resteront plus dépendants que jamais. Aurillac ne se rapprochera pas d’Oyonnax, ni Montluçon de Grenoble.

Il est temps de se redresser, de stopper cette hémorragie et de redonner vie et sens à nos territoires, en Auvergne comme ailleurs. L’initiative et la résistance doivent venir de nos territoires.

2021 nous offre l’occasion de porter ces idées et des projets pour bâtir une Auvergne de demain, moderne, dynamique, durable et surtout humaine, parce que fière d’elle-même ! Et ceci en relevant les défis sociaux, environnementaux et territoriaux d’aujourd’hui.

Déjà acteurs de la vie politique ou non, nous « régionalistes », membres ou sympathisants du Partit Occitan/Régions & Peuples Solidaires, voulons prendre nos responsabilités et nous engager avec vous dans cette campagne. Nous avons besoin de toutes celles et tous ceux qui croient dans leur pays d’Auvergne.

Pour nous un seul mot d’ordre, celui qu’imposent les crises récentes (crise des « gilets jaunes », crise sanitaire, crise environnementale…) :

Relocalisons et « territorialisons » !

Les relocalisations ne doivent pas se faire au bénéfice des seules métropoles ; il y va du respect des exigences environnementales et climatiques aujourd’hui plus qu’impératives !

C’est une autre conception de la démocratie que nous proposons : il faut territorialiser l’action et la décision politiques.

  • Re-territorialisons notre économie et nos emplois : contre la primauté donnée à la mono-destination touristique que l’on nous impose, faisons l’inventaire de nos besoins dans chaque territoire et favorisons, par une fiscalité adaptée, les TPE/PME locales contre l’invasion de la concurrence provenant des métropoles. Peut-on accepter que la Haute-Loire devienne l’arrière-pays de Saint-Étienne et de Lyon ? Demain le Puy-de-Dôme ?
  • Re-territorialiser l’agriculture c’est la libérer des contraintes de la mondialisation, maintenir son adaptation aux territoires, en favorisant une agriculture à taille humaine et son virage encore bien insuffisant vers le biologique et les spécificités des terroirs, en privilégiant une alimentation qui ne nuise pas à la santé…
  • Relocalisons les services publics, les commerces de proximité et l’artisanat en favorisant leur répartition dans les territoires. Les services dont nos territoires ont besoin doivent être repensés dans une logique de proximité, en utilisant au besoin les outils numériques, sans oublier l’indispensable maillage humain.
  • Œuvrons donc à la territorialisation de la capacité décisionnelle en réservant aux territoires les décisions qui les concernent. Pourquoi faire décider des politiques régionales européennes par la métropole lyonnaise, qui dispose d’autant de conseillers régionaux que la totalité de l’ancienne Auvergne, alors que celle-ci est restée un territoire de référence de l’Union Européenne pour ces politiques ?
Toutes les dimensions de la vie doivent se concevoir depuis chez nous et non pas à Lyon, pas plus qu’à Paris !

Notre région : l’Auvergne

N’oublions pas que nous avons une richesse incomparable mais oubliée et méprisée : notre langue et notre culture occitanes, ciment du vivre ensemble, fondement de notre art de vivre, de notre esprit de résistance qui fait de nous des gens d’ici, d’Auvergne ou du Velay, ouverts sur le monde et sur les autres à la seule condition d’être pleinement reconnus…

Avec Régions & Peuples Solidaires, nous constatons que les principales formations politiques nationales se détournent de plus en plus des citoyens et des territoires, en France et en Europe ; la crise des « Gilets jaunes » semble avoir été vite oubliée…

Aussi serons-nous présents dans les mois à venir car les prochaines élections sont une opportunité pour répondre à la crise démocratique et enclencher un processus nouveau pour nos territoires.

Nous avons besoin de vous au service de l’Auvergne et de ses territoires.

Siem d’Auvernhe, lascharem pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *